En cette fin de période automnale, les élèves de Bac Technologique STAV 1ère année au groupe A. de St Exupery (ex Lande du breil) ont entamé le terrassement et le décapage d’un espace situé derrière le château sur le site de Rennes.

RedimensionnerP1130113

Le projet « création d’un jardin potager au naturel » rentre dans l’enseignement « pratiques professionnelles », qui une demi-journée par semaine permet aux élèves de se mettre en situation concrète avec des partenaires extérieurs. L’objectif étant la transmission et l’acquisition de gestes professionnels.

RedimensionnerP1130103

Dans le cadre du projet de jardin, Les 3 associations partenaires : l’Arbre indispensable, Vert le jardin et des Hommes et des arbres se sont relayés auprès du groupe classe pour les accompagner dans la planification et les différentes réalisations : élaboration du plan du futur jardin potager, création d e l’armoire de jardin, création de la structure du jardin (cheminement et bordures de parcelles).

RedimensionnerP1130061

Tout comme la création de la structure et de l’armoire, le démarrage de la mise en production du jardin prévue en mars respectera les principes du développement durable : utilisation au maximum de ressources locales et valorisation des déchets (chemins en copeaux de bois, abri bois en espèces locales résistantes aux intempéries ou déchets du paysage (chêne, châtaignier, robinier et thuya), bordures en osiers prélevés sur place et piquets réalisés par les élèves avec leurs ressources en bois), respect de la biodiversité et amélioration de l’accueil (création d’une prairie fleurie, abri à hérisson et crapauds, hôtel à insectes, plantes mellifères au milieu des légumes),  utilisation d’outils silencieux (manuels) et respectant la vie du sol (fourches à bêcher), choix d’espèces résistantes aux maladies associées à des espèces sauvages pour favoriser la lutte biologique et l’alimentation de la faune, utilisation d’un minimum d’intrants et aucun pesticides. En bref essayer de  faire valoir les techniques anciennes de maraîchage.

L’utilisation d’outils manuels  et l’huile de coude sont de mises ! C’est le prix à payer pour être cohérent avec le développement durable !

C’est avec passion et curiosité que les élèves parlent de leur projet. Mme Chevalier profite de ce moment au grand air pour enseigner dans la pratique tout ce qui fait l’attrait de ces techniques, qui permettent de concilier production et protection/accueil de la biodiversité tout en créant du lien social entre les élèves et avec la société civile. Le jardin à peine fini suscite déjà l’intérêt et des demandes de visite ont déjà vu le jour…L’inauguration est prévue mi-mars lors de la porte ouverte du lycée. Il s’agit également de profiter d’un élan d’entraide et de convivialité.

P1110891 P1110889 P1110897

Un peu plus loin, François Beau, charpentier de métier, œuvre à la construction d’une cabane à outils de jardin dans la plus pure tradition artisanale. Son but, à travers cette intervention est de promouvoir auprès des jeunes le « patrimoine geste » lié au travail du bois. Il fait partie de l’association « des Hommes et des Arbres » qui s’occupe en parallèle de développer des jardins participatifs et solidaires sur le bassin Rennais. François Beau sait donc de quoi  il retourne  et participe allègrement au projet.

Source : article Ouest-France du 13/12/2015

M. M. Lemoine, de Brielles (Ille-et-Vilaine) :

« J’ai été profondément atteint par l’information parue dans Ouest-France. du 29 octobre 2015 qui m’apprenait la mise en vente des forêts domaniales d’une surface réduite mais atteignant quand même 145 ha pour la forêt de Bellebranche, bien qu’en l’occurrence, il s’agisse plus de principe que de surface.

Les pics qu’ils soient noirs, verts ou épeiches ne sont pas les seuls à s’intéresser à nos forêts en général et à nos Domaniales plus particulièrement. Une autre faune rôde également autour des Domaniales, elle recrute parmi les affairistes qui ont déjà demandé la levée des contraintes qui pèsent sur l’exploitation commerciale des bois et ce, depuis des années, ce qui sous des apparences relativement anodines se traduirait par la suppression du Code forestier. La forêt sans Code forestier, ce sont nos routes sans Code de la route. Sans Code forestier : c’est le pillage assuré. Il serait alors probable de pouvoir dire adieu à l’accueil du public, la protection de la nature, le renouvellement rationnel des peuplements exploités, la vente de Domaniales va dans ce sens. Des progrès heureux réalisés à l’ONF, l’office national des forêts, en direction de la Protection de la Nature sont à noter ces dernières années. Il est prévisible que si cette brèche (vente) était ouverte, le monde de la finance s’y engouffrerait puis, ensuite, sous des prétextes à mettre au point par des spécialistes de la communication la surface des Domaniales offertes à la vente serait largement accrue.

Une forêt, c’est du vivant, un vivant évolutif qui appartient au patrimoine commun, parfois elle s’inscrit dans une page d’Histoire, la petite ou la grande voire les deux, d’elle émane un peu de mystère, de poésie. On ne vend pas une Domaniale (ou non) comme on pourrait le faire d’une usine de mise en boîtes de petits pois. »

Communiqué de presse

Association «  l’Arbre Indispensable »

Réunion de lancement du projet de la Charte de « l’Arbre indispensable »

le samedi 21 novembre 2015 à 14 heures

au Lycée St Exupéry – rue Fernand Robert à RENNES (quartier Villejean /Beauregard)

L’association « l’Arbre indispensable »

L’association « l’Arbre indispensable » réunit des professionnels de l’arbre, de la forêt ou du bois, des naturalistes, des architectes, des amateurs éclairés … Son objet porte sur la protection et la valorisation du bocage et de l’arbre dans leurs contextes et dans toutes les fonctions et dimensions qui leur sont associées : sociales, environnementales, économiques, culturelle et patrimoniale …

Depuis 2012, année de sa création, l’association « l’Arbre indispensable » a mené des actions de divers ordres (information, sensibilisation, formation, participation et contribution à des études, conduite de chantiers expérimentaux…), essentiellement en Ille et Vilaine où son utilité sociale est désormais largement reconnue, au travers des multiples sollicitations dont elle fait l’objet.

La Charte de « l’Arbre indispensable »

Forte de ses expériences et désireuse d’affirmer son expertise, l’association « l’Arbre indispensable » souhaite aujourd’hui se doter d’une Charte qui visera deux objectifs principaux :

  •  Affirmer ses valeurs et ses convictions qui traduisent sa vision de l’arbre et du bocage dans toutes leurs fonctionnalités.
  • Enoncer ses principes d’action et disposer ainsi d’un outil référentiel sur lequel l’association s’appuiera dans ses relations avec les décideurs publics et avec tous ses partenaires externes.

Comment participer à l’élaboration de la Charte de « l’Arbre indispensable » ?

Le samedi 21 novembre 2015, se tiendra la réunion de lancement du projet de définition de la Charte de « l’Arbre indispensable ». Des experts de divers horizons (historien du patrimoine, botaniste, écologue, professionnels du bois, de la forêt et du paysage …) apporteront leurs éclairages croisés sur les innombrables bénéfices que l’on pourrait retirer d’une meilleure prise en compte et d’une meilleure gestion du bocage et de l’arbre ( sur les plans patrimoniaux, culturels et d’attractivité touristique; dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, de l’aménagement du cadre de vie, de la sauvegarde de la biodiversité; dans l’économie locale et la définition des projets de territoires …)

L’association « l’Arbre indispensable » souhaite donner un caractère collaboratif à l’élaboration de sa charte et invite toutes les personnes intéressées par le bocage, la haie et l’arbre à venir dialoguer avec les experts et à apporter leurs propres contributions.

Cette réunion sera suivie de l’Assemblée Générale de l’association

A l’occasion de l’Assemblée Générale de l’Association, l’Arbre Indispensable, nous aurons, en ouverture, le plaisir de présenter le projet de Charte de l’Arbre Indispensable, le 21 novembre, à 14 heures, au lycée St Exupéry de Rennes.

C’est un projet ambitieux qui   se propose de redonner au Bocage, à la Haie, à l’Arbre, la plénitude de leur  efficacité dans la lutte contre le réchauffement climatique et la réhabilitation des sols. Cet objectif nécessite que l’entretien du  bocage ne soit pas  qu’une charge, mais une source de revenus divers et d’aménagement du territoire.

Quatre piliers fondent cette Charte : le pilier écologique, le pilier économique, le pilier social-culturel et le pilier alimentaire.

Nous interrogerons des personnes qualifiées et diverses sur ces 4 piliers. Un débat suivra avec la salle avec, comme ambition, d’intégrer les apports des participants.

La nécessité d’une Charte s’est fait sentir pour bien mettre en place les priorités et ne pas se laisser emporter par l’impératif de développement des énergies renouvelables et la filière bois énergie.

Cette invitation s’adresse à tous nos adhérents, aux abonnés du Blog, aux particuliers, aux  organismes et  aux professionnels qui se  passionnent  pour le bocage, la haie, l’arbre, leurs productions diverses et leurs inestimables valeurs environnementales et écologiques. Nous comptons sur votre active participation.

Ce débat sera suivi de notre Assemblée Générale où nous présenterons le bilan de nos activités. Le Conseil d’Administration est ouvert à de nouvelles candidatures qui peuvent se faire connaître dès maintenant.

Nous comptons sur vous  le samedi 21 novembre 2015 l’accueil se fera à partir   de 13h30 Lycée agricole Saint Exupéry (Campus Lande du Breil) Rue Fernand Robert –  35000 Rennes

En métro: « Villejean Université »
En bus: ligne 4 ou 30 (Arrêt Olympe de Gouge)
En voiture: Sur la rocade de Rennes, prendre la sortie « Beauregard ». Au 3ème feu, tourner à gauche. Suivre environ 500 m sur l’avenue de Bois Labbé, le Campus se trouve sur la gauche.
Coordonnées GPS  Latitude 48.132255 / Longitude -1.708042


Le Président Jean Yves Morel

En France, la filière bois-énergie est en pleine expansion. L’approvisionnement en bois des chaufferies collectives, industrielles et de la filière de trituration impacte la ressource forestière. Un conflit d’usage qui pourrait engendrer un véritable saccage environnemental et économique. Enquête

Voir le vidéo du reportage

Voici le dernier chantier de François Beau de l’association « Des Hommes et Des Arbres », il s’agit d’un réplique de vielle ferme effectuée à partir de photos tirées d’un mémoire en archéologie sur les fermes armoricaines du XIV XV ème siècle.

Réalisée avec du chêne du coin, le résultat est superbe.

P1110063 P1110091

Vous trouverez dans les deux tableaux suivants un récapitulatif des différentes utilisations du bois possibles avant de les jeter dans une chaudière.

IMGIMG_0002

Ne ratez pas le Mardi 20 Octobre à 20h40 sur France 5, le film de Benoît Grimont « Menaces sur la forêt française ».

La transition énergétique est-elle synonyme de transition écologique ? Pas si sûr… Ce documentaire analyse l’impact qu’aura le développement de l’électricité biomasse sur les forêts, en France et dans le monde.

Lire l’article sur France5.fr : Menaces sur la forêt française

Pour se désendetter l’établissement public a pris la décision de céder ses petites forêts aux collectivités locales ou à des particuliers.

Ces forêts doivent être transformées en réserves biologiques, et non finir en plaquettes pour chaufferie au bois !

Lire l’article complet : Quand l’ONF décide de vendre ses petites forêts

L’arbre indispensable organisait le Vendredi 22 mai 2015 St-Uniac, avec la participation de la Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine, des conseillères Breizh Bocage du Pays de Brocéliande, le Centre de la Propriété Forestière, et de l’entreprise Couet, une grande journée de mise en valeur du bois de bocage.

Ce fut l’occasion de valoriser chênes, chataigniers, merisiers issus du bocage.

L’observation de chaque grume permet de definir comment on va l’exploiter

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis la grume par pour le sciage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les premiers coup de lame permette de retirer l’aubier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fonction de la qualité de l’arbre on peut sortir une poutre, des plateaux, des planches

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette journée fût une vraie démonstration de l’exploitation et de la valorisation maximum d’arbres issus du bocage. Sont sorti de la scierie mobile « Atout Bois » des poutres, des plateaux destinés à la fabrication d’un escalier et des planches.

Voici d’autres photos non classées:

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 146 autres abonnés