affiche JSHLa seconde édition propose des débats : «Des terres sans paysans ?", "Pour un projet d’agriculture périurbaine innovant/occuper la Prévalaye" avec l’Université Foraine, beaucoup de démonstrations notamment sur le green wood working (travail du bois vert à la main).

Rendez-vous le samedi 5 avril !

le programme de la journée

 

 

 

 

A la demande d’Eau et Rivières, avec Bernard Beaudouin, nous sommes allés rencontrer un couple d’agriculteurs exploitant la ferme du Temple à Montauban de Bretagne. Ce couple d’agriculteur est confronté à un remembrement article 10 pour mettre en deux voies la route Montauban de Bretagne St Méen le Grand. Cela fait quelques années que je n’ai pas suivi ces dossiers mais j’ai l’impression que rien n’a changé, sinon qu’il n’y a plus grand chose à abattre mais que l’on trouve encore le moyen de s’attaquer au peu qui reste.

Nous avons pu confirmer les propos des agriculteurs que les deux haies promises à l’abattage avaient des fonctions évidentes de protection des sols et de l’eau, pire il y a quelques années elles auraient été classées à conserver dans des remembrements similaires. La fumière de l’exploitant a été inondée et la suppression prévue de la haie située entre les deux parcelles (h589 et h590) au-dessus de l’exploitation va encore augmenter les risques d’inondation du site d’autant que nous avons pu constater que la parcelle en amont semble très sensible à l’érosion. Les récents épisodes pluvieux devraient amener le réexamen des risques potentiels.  Sur le secteur, dans le cas de destruction de cette haie, la distance entre les deux haies les plus proches sera de 1,5km. Lire la suite »

Comme le montre l’atlas des paysages d’Ille-et-Vilaine en cours d’élaboration par le Conseil Général, la dégradation constante du paysage de bocage depuis une dizaine d’années est une préoccupation forte des habitants. Le bocage vieillit, la quantité et la qualité des replantations Lire la suite »

Florence Audebert et Micka Le Coq proposent des ateliers de scénographie "nature et bocagère" pour la seconde édition de la Journée sur l’herbe sur la Prévalaye, à Rennes. C’est gratuit et tout le monde peut participer.
Comment ça marche ? Le plus simplement du monde : vous venez quand vous voulez, pour le temps que vous voulez et tous les jours si vous voulez !
C’est quand ? du lundi 24 mars au vendredi 4 avril 2014 (montage le samedi 5 avril dès 8h) de 10h à 18h tous les jours week end compris.
le programme des ateliers en un clic !logo JSH

 

 

nono

 

Un joli texte de Michel Lemoine qui nous fait (re)découvrir la bourdaine:

Je suis discrète, humble ; peut-être que mon nom vous dit au mieux quelque chose, Lire la suite »

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Un second article de Christophe Violette avec Ouest-France, d’actualité !

Art-OF-14-01-2014-inondations

On peut revenir sur l’épisode de janvier, toujours d’actualité malheureusement … où  Jean-Yves Morel faisait part à Martine Valo, journaliste au Monde, de son analyse – ce ne sont pas les prévisionnistes qu’il faut blâmer concernant les  crues mais toux ceux qui depuis des lustres s’attaquent aux haies et imperméabilisent les sols …Le Monde_polemique-sur-le-systeme-alerte-aux-crues-en-bretagne_20140106

 

programme JSH 1Un projet de plate-forme bocage a été proposé par l’association L’arbre Indispensable sur le site de la Prévalaye près de Rennes et du quartier de Cleunay. Déjà des visites sur le Patrimoine naturel et culturel et sur la valeur des haies bocagères et des arbres  avaient été organisées avec Jean-Yves Morel et et Jean-Jacques Rioult, Conservateur du patrimoine, avec l’écocentre de la Taupinais.

Des ateliers sur le bois de bocage (récolte, usage, petite charpenterie) s’organisent pour préparer la seconde édition d’Une journée sur l’herbe le 5 avril 2014. Des démonstrations seront proposées ce jour-là.

L’association souhaite pérenniser sur ce site qui a conservé ses haies, une plate-forme Bocage. Il s’agira de former sur le terrain (des jeunes sont intéressés, on le sait), à la fois au diagnostic et à l’entretien des haies ; d’intégrer le bois local en charpente, dans les bardages et en petite charpenterie ; de transmettre les savoir-faire des artisans locaux.

Un projet ambitieux mais urgent !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 92 followers