« La haie est devenue une charge et n’est que peu exploitée. On en crée de nouvelles avec des objectifs  un peu flous (Suite de la contribution de Bernard Baudouin sur la haie)

ce qui tend là aussi à la voir comme une charge. Il faudrait qu’elle devienne productive mais pour ce faire, elle doit être créée en fonction de cet objectif . On peut  malgré tout en créer ou en garder des décoratives mais en étant conscient des charges à venir (pourquoi pas) »

« La haie est nécessaire voir indispensable pour le drainage, la retenue d’eau, la biodiversité, le paysage.  Il faut admettre que sa fonction  qui était jusque dans les années 1950 de fournir du bois de chauffage, en fagots, buches et du bois d’œuvre en charpente, menuiserie voire ébénisterie a changé.  »

Comment faire pour que la haie bocagère devienne productive ?

« Actuellement, il y a une forte demande pour le bois énergie, c’est un débouché  mais on peut faire mieux. Personnellement,  par mon métier (menuiserie), je crois qu’il reste une meilleure valorisation en ciblant du bois d’œuvre. Les deux ne sont pas incompatibles. La haie comme la forêt doit être gérer pour avoir une valeur constante en mixant le bois énergie et  les baliveaux.

Le bois de pays, chêne, châtaignier et autres fruitiers poussent très bien dans la région. Il faut envisager de les incorporer dans les haies mais cela nécessitera un entretien spécifique si l’on veut produire du bon bois  (commercialisable en bois d’œuvre).  Il y aura un gros travail d’infrastructures et d’investissements à faire car la filière est en voie de disparition. On ne peut pourtant plus continuer à gâcher la ressource locale ( existante encore) et importer les mêmes produits. La filière du bois créait des richesses et de l’activité et en réactivant les circuits courts , tout le territoire peut y gagner. »

Advertisements