Un article dans ouest-france du 9 février 2012 confirme une dérive majeure de la filière bois énergie. En pages Ille-et-Vilaine (10), on apprend l’alliance de Next Energie avec le groupe Roullier, un des leaders mondiaux des engrais chimiques. Next Energie annonce de grosses centrales à bois à travers le monde et bien sûr un peu partout en France.L’intensification annoncée de la filière bois énergie met en péril la forêt et la production de bois d’œuvre, on ne parle plus de faire pousser des arbres mais d’exploiter de la biomasse.
Il est évident que les sous produits seront insuffisants et que l’on alimentera ces chaudières avec des arbres entiers, ce qui est plus rentable pour le transport et la mise en œuvre.
L’ONF est incapable de tenir ses engagements sur les volumes annoncés. Réponse au téléphone sonne : ce n’est pas grave, l’ONF ne représente que 20% des surfaces…
Les dérives dans les forêt privées seront incontrôlables, les petits propriétaires ne résisteront pas à une offre supérieure au cours du bois d’œuvre, pendant ce temps-là on continuera d’importer du bois exotique pour la construction.
On aura affaire à une véritable exploitation intensive des parcelles vouées aux agrocarburants.
La Bretagne n’a pas besoin d’une nouvelle intensification au travers de la filière bois énergie de son bocage et de ses forêts, privées et publiques. Le dépérissement forestier sera très rapide, d’autant que les souches et chablis seront aussi exportés pour faire des plaquettes.
Heureusement, le groupe Roullier pourra doper les sols avec ses nitrates. Même nos forêt pisseront des algues vertes.
Jean-Yves Morel

Publicités