Quelques compléments à l’article paru dans Ouest France cette semaine, par lequel l’Arbre indispensable a interpellé les lecteurs sur le devenir de la salle du jeu de paume située rue Saint-Louis, près de la place Sainte Anne. Cette réaction s’inscrit dans le souhait de faire vivre les savoir et les savoir-faire associés à la ressource en bois locale : les caractéristiques et l’histoire de ce bâtiment en feraient une très bonne opportunité de mettre ce souhait en pratique. Cet édifice a la chance d’avoir traversé les âges en gardant apparemment l’essentiel de ses structures d’origine. Il s’apparente à ces grandes halles qui ont pratiquement toutes été détruites en Bretagne. Bien évidemment nous ne sommes pas contre la création d’une crèche dans ce quartier. Mais il nous semble qu’avant de décider de son évolution, il serait souhaitable de (re)découvrir la structure du bâtiment en le nettoyant des aménagements récents dont il a été l’objet mais qui n’ont pas nécessairement abîmé la structure.
Ce genre d’édifice pourrait redevenir à la mode : multifonction, marchés locaux, animations…
La restauration de ce que l’on pourrait nommer la « halle du jeu de paume » serait un formidable exemple pour reconstruire (en bois local) des halles sur les places bretonnes, remettre en valeur la ressource locale et les savoir-faire.
Jean-Yves Morel

Advertisements