Il y a quelque temps, nous vous racontions le sauvetage de la charpente du manoir de Vassé à Torcé, déconstruit dans le cadre de la ligne LGV. Ce manoir était la résidence du prévôt des marchands drapiers d’outre-mer de Vitré. Le sauvetage a pu être fait grâce à l’entreprise Couet qui n’a pas laissé sur le site un seul bout de bois réutilisable. (Une partie à déjà été reconvertie dans la restauration de colombages à Rennes.) Par ailleurs, le site a été entièrement étudié par les archéologues du service régional de l’inventaire du patrimoine. Les bois ont été datés par Yannick Ledigol (dendrotech.fr) : pousse en 1316, abattage 1520, uniquement du bois de bocage.
La charpente devrait trouver une nouvelle vie sous forme de halle à Landavran.

A l’inverse, et avec le même matériel, le manoir de Champeaux à Rennes (zone Atalante Champeaux), entièrement en colombages, a été broyé pour en faire un déchet et partir en bois énergie.

Actuellement, la place Sainte-Anne est en plein travaux pour le métro. Que vont devenir les poutres des immeubles ? Brûlés dans la chaudière Dalkia ? Et pourtant, elles pourraient être mises à profit pour des restaurations, pourquoi pas pour celle du jeu de paume.

Ce dernier est prévu d’être transformé en crèche par la Ville de Rennes. Les contraintes sanitaires de ce type de projet rendent impossible la revalorisation de bois ancien. Si bois il y a dans le nouveau bâtiment, ce sera du bois traité assurément.

Cette halle du jeu de paume serait un atout majeur  pour faire revivre la patrimoine rennais près du centre des congrès, avec la possibilité d’y faire un marché couvert, des manifestations diverses, une extension du marché des lices, etc.

Advertisements