Le sauvetage de la charpente du manoir de Vassé à Torcé à été exceptionnelle à plusieurs titre.
Exceptionnel, que les services de l’Etat nous signalent la destruction du manoir (dans le cadre de la ligne LGV) et nous lancent un appel au secours pour  un sauvetage.
Exceptionnel, que des gens du métier acceptent instantanément la charge du démontage, sans connaître à l’avance une possible destination. Sans oublier la compétence de l’entreprise de démolition qui s’est mise au service de l’entreprise Couet.
Exceptionnel, que malgré toutes les réglementations en vigueur l’ensemble des acteurs et principalement l’entreprise Eiffage aient finalement donné leur accord.
Exceptionnel, car nous constatons que les démolitions sont entre les mains de gros groupes et que, si tri il y a, le bois finit systématiquement en copeaux pour les grosses chaudières à bois, en manque de combustible.

Nous devons repenser la déconstruction des bâtiments. Les matières premières récupérées sont de la ressource locale, de l’économie, du stockage de carbone, mais aussi une denrée rare pour les restaurations de monuments historiques.

Le projet de remontage de la charpente de Vassé suit son cours. Bien qu’aucun appel à candidature n’ait été lancé, des communes se sont déjà montrées intéressées pour la reconvertir dans une halle multifonctionnelle

Notre association continue les discussions avec la Chambre d’agriculture pour le sauvetage et la régénération des haies du bocage. Les nouvelles plantations doivent être repensées pour qu’elles portent à nouveau du bois d’œuvre et ce que les forestiers appellent une valeur constante aussi bien économique, qu’écologique. Cette ressource existe également encore dans les petits bois et bosquets qui risquent eux aussi de partir en fumée tant la demande est forte.

Même si arrivions à régénérer nos haies, le travail serait vain sans une utilisation locale et le maintien des savoir-faire qui permet d’optimiser la ressource. Nous constatons une réelle demande de bois local, beaucoup d’autoconstruction, des utilisations de scierie mobile.

Ces perspectives nous encouragent à poursuivre le travail mené avec la Chambre d’agriculture sur le Pays de Brocéliande (étude des ressources et des besoins par rapport au bois du bocage).

charpente

Advertisements