Lors de la réunion de compte-rendu sur la ressource bois d’oeuvre dans le bocage, nous avons clairement posé le problème de la filière bois énergie industrielle.

Denis Bertrand responsable de la filière bois énergie locale a été très précis sur les enjeux locaux confirmant que l’essentiel de cette ressource part sur Rennes et met en péril la filière bois locale.

Nourrir le monstre

Avec notre forestier, nous sommes allé hier sur le chantier en cours au bois de la Morinais. Prenant en compte le tas en bordure de route estimé à plus de mille tonnes soit plus de 300 camions de 30 tonnes, ce qui reste à l’intérieur du bois et ce qui a été broyé pendant cinq jours la semaine dernière, la quantité de bois abattue est colossale.

Peu importe les conditions météorologiques, il faut approvisionner le monstre de Rennes (la chaudière bois).

On parle d’élargir le cercle d’approvisionnement pour cette centrale à 150 de rayon autour de Rennes tout en autorisant d’autres chaudières.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des dégâts irréversibles sur les arbres restants, les sols, la faune et la flore

Les engins utilisés pour faire des coupes à blanc dans des parcelles en monoculture ne sont absolument pas adaptés pour intervenir dans des petits boisements. Les sols ont été saccagés,  les systèmes racinaires des arbres restants ont subi des altérations dommageables sans compter les dégâts futurs inévitables en cas de coup de vent.

Une ressource mal valorisée

Le propriétaire aurait pu valoriser deux fois mieux ses bois avec une filière classique locale, sans abîmer durablement les sols. N’ont été exploités que les gros fûts de chênes. Il y avait des merisiers et des acacias négligés par le négociant qui on fini sur le tas de bord de route. Tout le monde y perd.

La filière bois énergie industrielle en question

Ce chantier que j’ai pu suivre en direct confirme les dérives de cette filière industrielle. Cette filière met a mal approvisionnement local en bois de chauffage mais aussi les entreprises qui en vive depuis des lustres.

J’ai appris par la même occasion que la forêt de 4000 hectares de Lanouée, dans le Morbihan, propriété du groupe Dreyfus, a échappé pour le moment à une destination unique pour le bois énergie avec coupe à blanc tout les 16 ans.
Ils vont essayer de revenir par la fenêtre avec un autre projet déguisé. La forêt a été complètement clôturée.

La ville de Montauban de Bretagne a un projet très avancé de chaudière à cogénération qui brulerait des déchets ménagers en y incorporant 20 000 tonnes de biomasse issue des forêts avoisinantes sans plus de détails ni information des populations

Propositions et avancées concrètes

Nous nous tenons à votre disposition pour plus de détails et avons la possibilité de vous mettre en contact avec des personnes compétentes sur le sujet. Nous  recevons  vendredi à 14h30 des gens du grand bassin de l’Oust pour parler de plan de gestion. Ce travail avec la chambre d’agriculture  pourrait être dupliqué sur les autres départements de l’ouest et nous nous y impliquerons pleinement ainsi que sur les bassins versants eau potable.

Est-ce que ce travail sera suivi d’effets, est-ce que l’on avancera assez vite ? Pour le moment je suis assez étonné des avancées. Attablés avec des gens de terrain nous sommes arrivés aux mêmes constats. constats que des fonctionnaires de l’état ne sont pas forcément habilités à mettre sur la place publique.

Le monde de la filière bois énergie ne fait pas partie de ce monde de l’arbre mais de la pure spéculation financière  à court terme.

JY Morel

Advertisements